Recherche Menu

DÉSIRS SANS DESTIN

Un projet d’Anna Barseghian (artiste), Stefan Kristensen (philosophe) et Maya Bösch (metteuse en scène)

 

Le délire est un combat du Moi en vue de l’existence,
pour échapper à l’enlisement de sa propre possibilité.
(Henri Maldiney)

Du 21 au 31 mai 2013, une traversée de lieux et de désirs sera proposée aux publics allant du Théâtre Saint Gervais à la résidence Utopiana à Saint Jean et vice-versa. Cette traversée se caractérisera par plusieurs approches performatives au sein d’une même vision pluridisciplinaire et produira, en mode interactif, des formes sémantiques différentes. Conçue par deux artistes femmes et un philosophe, ce projet creuse au-delà de la dichotomie du soi et de l’autre fondée sur la représentation et expérimente au sein de différents dispositifs scéniques le désir en tant que force, moteur, conséquence ou catastrophe.

Désirs sans Destin s’emparent de la question sur l’être au monde pas seulement sur son errance et son rapport fragile qu’il entretient avec l’autre. Le spectateur sera convié à des moments ponctuels à participer dans des espaces de désirs qui seront en mouvement permanent pendant deux semaines et qui se chercheront entre deux lieux distincts à Genève: un théâtre et une maison. L’ensemble de ce projet est un essai agencé entre les chantiers de différents désirs dont les destins sont indéterminés, bloqués ou simplement dominés. Enoncer Désir sans destin signifie que le désir se vide de sa vitalité, devient insensible et la réalité qu’il produit est insoutenable, ce pourquoi une crise s’installe dans la subjectivité pour chercher des nouvelles formes. Défaire le noeud du désir et du destin, ce serait alors identifier le désir le plus intime à l’ensemble des manières dont on peut cesser d’être soi.

Ce projet engage une expérimentation performative qui croise des matières philosophique et artistique sous un mode ludique et interactif – une sorte de hybris entre plusieurs formes et formats – tout en réfléchissant de manière commune aux possibles liens et rapports à instaurer entre les espaces de désirs, le spectateur et le temps de la création.