Recherche Menu

NATURE, ADVERSITE, ETC.

 ©Mouhitori, 2013

DATE: 2013-2014

Utopiana a obtenu la bourse de Médiateur en art contemporain de la Ville de Genève, avec le projet Nature, adversité, etc. Ce projet s’organise à travers trois plateaux: les résidences d’artistes, le groupe de recherche sur la permaculture Plantopic et un événement public intitulé La Bête et l’Adversité à l’espace Commun du BAC. L’idée directrice est d’interroger notre conception de la nature en la confrontant à d’autres cosmologies, d’autres manières de vivre avec les éléments et les autres vivants. Il s’agit en même temps aussi de repenser le travail de la médiation culturelle: plutôt que de considérer qu’il y a deux espaces distincts, celui de l’art et celui du public, notre tentative sera de commencer un projet avec des artistes et des non artistes (les membres du potager urbain), puis d’élargir progressivement ce “public”. C’est ce que devrait permettre l’idée qu’une oeuvre d’art autant que l’interaction entre les oeuvres et les spectateurs relève d’écosystèmes analogues à ceux qu’on observe dans le monde biologique.

Depuis l’été 2013, en collaboration avec l’association Equiterre et le service Agenda 21 de La Ville de Genève, nous avons mis en place un potager urbain, appelé le Pote à Jean, avec les artistes, les habitants du quartier et les élèves de l’école primaire de Cayla, pour un total de 37 personnes pour 300 m2. Le Plantopic est le groupe de recherche et de travail proposé par d’Utopiana dans le jardin. Elle s’est crée dès l’automne 2012, suite à une rencontre avec Gene Ray (professeur invité au programme CCC à la HEAD), et plusieurs de ses étudiants anciens ou actuels: Aurélien Gamboni, Lucas Cantori, Kate McHugh Stevenson et Maria Adelaida Samper. Aujourd’hui les artistes Solvej Andersen, Peter Stoffel et Thomas Schunke ont rejoint ce groupe et tous ont une parcelle dans le Pote à Jean.

Le groupe Plantopic est engagé dans un processus de réflexion et d’expérimentation avec l’écosystème (naturel et social) qui commence à exister au Pote à Jean. Le théme qui articule sa réflexion est la pratique de la permaculture, comprise pas uniquement comme une façon de cultiver la terre, mais surtout comme une attitude: une façon d’agir dans un contexte particulier.
Tout au long de l’année 2014, en lien avec le questionnement sur la mise en place d’un espace public grâce à, avec, et autour de l’art, le groupe Plantopic mettra en place des rencontres, des ateliers pratiques, des lectures communes et du jardinage. Les résidences d’artistes, sont essentielles dans ce cadre parce que les artistes invités doivent s’imprégner concrètement du contexte local; le potager est un lieu d’émergence de nouvelles interactions sociales, mais aussi un lieu où nature et culture se confondent. Un appel à propositions sera lancé fin 2013 sur la problèmatique de ce projet, en plus des invitations prévues.
Le projet La Bête et l’adversité, et un événement public  conçu par Anna Barseghian & Stefan Kristensen en collaboration avec Isabelle Papaloïzos, dans le Commun du BAC. Ce projet tisse différent temps, espaces et méthodes de travail qui s’entrelacent tout au long de 2014 et 2015 autour de la notion de la Nature. L’adversité est “ce mouvement sournois par lequel les choses se dérobent à notre prise”, selon les termes de Maurice Merleau-Ponty. Prenant l’exemple du rapport des hommes avec la nature, on peut sans doute remarquer une prise de conscience générale du fait que nos actions à son égard produisent presque toujours des effets imprévus, et souvent indésirables. En même temps, à l’échelle globale, les hommes n’ont pas renoncé pour autant à dominer la nature, notamment par les biotechnologies et les modifications génétiques.