Recherche Menu

POTAGER URBAIN///Le Plantopic

Depuis l’été 2013, en collaboration avec l’association Equiterre et le service Agenda 21 de La Ville de Genève, Utopiana a mis en place un potager urbain, appelé le Pote à Jean, avec les artistes, les habitants du quartier et les élèves de l’école primaire de Cayla, pour un total de 37 personnes pour 300m2.

Le Plantopic est le groupe de recherche et de travail proposé par d’Utopiana dans le cadre du projet Natures, adversités, etc et  pour le potager urbain dans son jardin. Les membres sont Lucas Cantori, Kate McHugh Stevenson,  Maria Adelaida Samper, Solvej Andersen, Peter Stoffel, Thomas Schunke, Tom Bogaert et Anna Barseghian, ont une parcelle dans le Pote à Jean. .

Le groupe Plantopic est engagé dans un processus de réflexion et d’expérimentation avec l’écosystème (naturel et social) qui commence à exister au Pote à Jean. Le théme qui articule sa réflexion est la pratique de la permaculture, comprise pas uniquement comme une façon de cultiver la terre, mais surtout comme une attitude: une façon d’agir dans un contexte particulier.
Plantopic est un micro-milieu, situé à une distance variable de tout ce qui l’environne, de la fin du monde jusqu’au plus proche : le jardin, la résidence d’artistes, le potager, les voisins, la ville, etc. Il compose et décompose des attitudes et des formes avec ce qui l’entoure, avec ce qui l’inquiète.
Pour Plantopic les rapports de l’homme avec la Nature ne sont pas abstraits, ils passent par son milieu, qui est autant le monde vivant que les liens sociaux. La translation de certaines pratiques et éthiques de la permaculture vers la médiation en art est centrale à notre méthodologie de travail. Notre conception de la médiation est plus orientée vers la construction d’un milieu. Nos efforts son dirigés vers la construction d’un projet collaboratif entre des sujets qui s’identifient comme artistes et d’autres qui ne le font pas. Sans tomber dans un « communautarisme naturaliste », nous gardons la dimension politico-économique au centre de nos questionnements et nous nous inscrivons dans une sensibilité d’écologie politique. Un écosystème qui défend son milieu, cherche les moyens, nécessairement collectifs en dégageant le maximum de temps pour des activités autonomes, collectives ou individuelles. Comme dirait André Gorz, l’autonomie existentielle c’est les formes possibles pour développer une vie autonome.

La création de ce milieu ainsi que celle d’un espace où l’expérimentation à but indéterminé soit possible. Nous considérons que la connaissance et l’expérimentation vont de la main – non pas dans le sens d’une expérimentation qui nous conduira à « la Connaissance », une sorte d’entité fixe, mais plutôt dans l’idée d’un emboîtement permanent de l’une et l’autre, une transformation de l’une dans l’autre, puis des séparations suivies de rencontres, dans une malléabilité permanente. La connaissance est un processus constant de découverte, ce n’est pas une chose que l’on puisse fixer une fois pour toutes. Il en va de même pour la recherche. Notre travail revendique les rythmes cycliques, la priorisation du processus, l’évolution constante, par-dessus le monolithe de la production marchandisée.
La taille du collectif Plantopic se dilate et se contracte en changeant sa forme et sa configuration pour inclure des interventions et des collaborations avec des artistes, des philosophes, des jardiniers, des historiens, des anthropologues, des activistes, et autres qui ont des productions et des savoir-faire qui entrent en dialogue avec les intérêts et les manières de faire propres à Plantopic. Tout au long de l’année 2014, le groupe Plantopic mettra en place des rencontres, des ateliers pratiques, des lectures communes et des pratiques de jardinage. Les résidences d’artistes seront essentielles dans ce cadre : les artistes invités doivent s’imprégner, habiter et produire dans le contexte local. Le potager est un lieu d’émergence de nouvelles interactions sociales, mais aussi un lieu où nature et culture se confondent. En plus des invitations prévues, un appel à proposition est continuellement ouvert pour des projets touchant aux problèmatiques du Plantopic. A côté de ces activités dans le jardin, certains membres de Plantopic mènent une recherche spécifique.
Tout au long de l’année 2014, en lien avec le questionnement sur la mise en place d’un espace public grace à, avec, et autour de l’art, le groupe Plantopic mettra en place des rencontres, des ateliers pratiques, des lectures communes et du jardinage. Les résidences d’artistes, sont essentielles dans ce cadre parce que les artistes invités doivent s’imprégner concrètement du contexte local; le potager est un lieu d’émergence de nouvelles interactions sociales, mais aussi un lieu où nature et culture se confondent. Un appel à propositions sera lancé fin 2013 sur la problèmatique de ce projet, en plus des invitations prévues.