Recherche Menu

Kelly Andres

Residence août
Seeking Chimera

La chimère est par définition composite, hybride, fantasmée, utopique. Le monde végétal qui nous entoure regorge d’organismes et d’entités en devenir-chimère. Nombre de ces devenirs sont visibles… Or, la plupart de ces devenirs ne sont pas tout à fait perceptibles, car ils demandent un mode de perception différent de la capacité humaine. Composés de végétaux, de minéraux, d’insectes, de mycètes ou de bactéries, ces phénomènes chimériques peuvent contenir une panoplie d’autres organismes vivants, et parfois même des éléments non-vivants. Ainsi, tous ces phénomènes possèdent d’uniques modalités de communication, d’expression et de mémoire – des subjectivités difficiles à concevoir à partir de nos lunettes anthropocentriques. Les chimères sont bien présentes dans les communautés végétales, où la proximité entre les organismes produit des mutations cellulaires et plusieurs variations au niveau du motif chlorophyllien d’une plante, de la pigmentation des feuilles, de la peau ou de l’écorce, des fruits d’un arbre. Le devenir-chimère se produit également entre les règnes végétaux et animaux, par exemple avec le cas de l’élysie émeraude (Elysia chlorotica), une limace de mer capable de réaliser la photosynthèse.

Dans le cadre de la résidence Utopiana, Kelly Andres travaillerait sous le thème de devenir-chimère en utilisant une multitude d’approches : la recherche sur le terrain, l’étude de différents textes, une série d’expérimentations collaboratives avec le matériel in-situ, ainsi qu’une pratique quotidienne de marche à pied afin de découvrir des traces de devenirs entre différents organismes et phénomènes de la région locale. Ces approches, notamment les ateliers et les marches, se pencheront sur les détails, en portant une attention particulière à tous les recoupements possibles rencontrés entre différentes entités organiques, qu’ils soient organismes vivants ou lieux. Il s’agira de développer une surveillance sensorielle – auditive, olfactive et tactile – de ces phénomènes variés. Cette « surveillance », qui aura pour but d’esquisser une nouvelle gamme d’expériences essentiellement hybrides, sera développée à partir d’éléments sensoriels qui permettront de réfléchir au-delà de l’expérience immédiate du visible : le souffle (comme agent d’échange entre les entités organiques), les fréquences acoustiques et les vibrations sonores, et enfin les odeurs.

Le travail produit dans le cadre de la résidence prendra principalement trois formes, soit une composition musicale ayant pour but de guider une expérience contemplative dans un lieu de végétation (parc, sentier de promenade, forêt, etc.), une série d’instruments musicaux utilisés dans la composition, ainsi qu’un texte-livret pour complémenter le tout.