Recherche Menu

48h WASTELAND / Daniel Fetzner & Martin Dornberg

english below
Samedi 10 septembre à Utopiana, Chemin de Mestrezat 7A, 1202 Genève

48h WASTELAND /La dispersion de données, de poussière et de matière comme maille écologique (2016)

Workshop (en anglais)

Environ 30’000 personnes vivent dans le village de Mokattam au Caire. Depuis les années 1940, ces personnes mènent un système informel de récolte d’ordures dans la mégalopole. Les Zabbalin, ce qui signifie littéralement les gens des ordures en arabe, recyclent jusqu’à 90% des ordures qu’ils récoltent. Ils trient 9000 tones d’ordures par jour à la main. Une composante essentiels de ce système sont les porcs qui mangent tous les déchets organiques. Les excréments des animaux sont envoyés dans une usine de compost dans une banlieue du Caire où il est traité et vendu aux fermiers.
La situation à Eschbach/Allemagne est toute différente. Cette localité accueille une usine d’incinération high tech au pied de la Forêt Noire. Le traitement des déchets fonctionne de manière automatisée; comme d’autres systèmes de recyclage occidentaux, il a une efficience d’environ 30%. Le complexe brûle 170’000 tonnes de déchets par année et produit 15MW d’électricité. Dans un rayon de 5km, on trouve aussi une centrale nucléaire et un centre avec 450 réfugiés.
La recherche artistique 48h WASTELAND transforme des données environnementales de ces deux différents systèmes de traitement des ordures en une expérience sensorielle à propos de l’anthropocène. Dans les deux lieux, on a posé des senseurs pour transmettre les mouvements des humains, des animaux et des machines. Ces parasites sans fil ont parsemé de leurs nombres discrets les espaces de l’exposition, où les données diffusées en direct étaient sonorisées comme une maille écologique. L’installation artistique au Kommunales Kino de Freiburg (Allemagne) présente et explore la dispersion des objets, des micro-organismes et des données dans l’anthropocène.
Dans le contexte de la recherche artistique, les formats interactifs hypermédia en génréal et le documentaire interactif en particulier promet des opportunités qui n’ont pas encore été discutées à ce jour.
Notre recherche artistique WASTELAND est une intersection de l’art, de la philosophie et de l’écologie des médias dans l’anthropocène. Le documentaire interactif est un enjeu à deux faces: d’une part, c’est une documentation d’un projet de recherche spécifique, mais d’autre part, c’est aussi un outil de pensée et un prototype pour la recherche artistique.
Dans notre workshop, nous allons nous consacrer particulièrement au potentiel de création de connaissances de notre documentaire interactif  http://waste.metaspace.de  et ses vidéos à 360° dans la pratique et la recherche artistiques.

 
 
Saturday, September 10, at 17h at Utopiana/ Chemin de Mestrezat 7A, 1202 Genève

48h WASTELAND / The Dispersal of Data, Dust and Matter as a media ecological meshwork (2016)
Workshop

About 30.000 people live in Mokattam village/Cairo. Since the 1940s they run an informal system of waste collection in the megacity at the Nile. The Zabbaleen – which literally means garbage people (arabic زبالين) – recycle up to 90 percent of the waste that they have collected. They sort some 9,000 tonnes of garbage per day by hand inside of their homes. An essential component to the sorting system are the pigs they live with, who eat all of the organic waste. Animal excrement is sent to a compost plant in a Cairo suburb where it is processed and sold to farmers.

The situation in Eschbach/Germany looks totally different. The place hosts a hight tech garbage incineration plant at the foot of the Black Forest. The waste processing works highly automated and is solely run by machines. Like other Western recycling systems it has an efficiency of about 30 percent. The industrial complex burns 170.000 t garbage per year producing 15 MW of electricity. Within the radius of 5km a nuclear power plant and 450 refugees are located.

The artistic research 48h WASTELAND is transforming environmental data from these two different garbage systems into a sensory experience about the anthropocene. On both locations data sensors were implemented to transmit movements of humans, animals and machines. The wireless parasites streamed their discrete numbers in an exhibition space, where the live data were sonified as a media ecological meshwork. The artistic installation at Kommunales Kino Freiburg presents and explores the dispersal of objects, microorganisms and data in the anthropocene.

In the context of artistic research, hypermedial interactive formats in general and interactive documentary in specific promise opportunities which have not been discussed so far. Our artistic research WASTELAND is an intersection of art, philosophy and media ecology in the anthropocene. The interactive documentary of the project is a two-folded issue: on the one hand, it is a documentary and a documentation of a specific research project; on the other hand, it is also a thinking tool and a prototype for artistic research about and via the project.

In our workshop, we will focus particularly on the knowledge-generating potential of our interactive documentary http://waste.metaspace.de and its 360° videos in research and artistic practices.

Please visit the website before participating!http://waste.metaspace.de